La télédétection et les données spatiales pour une meilleure gestion des ressources en eau souterraines du SASS 

L’Unité de Coordination du Mécanisme de Concertation du Système Aquifère du Sahara Septentrional (MC-SASS), a organisé, les 21 et 22 septembre, en partenariat avec le projet GMES&Africa - Consortium OSS-Afrique du Nord,  le deuxième atelier de formation en ligne sur l'observation de la Terre pour la gestion de l'eau et l’utilisation de la plateforme MISBAR en tant qu’outil de suivi des aires irriguées.

Les principaux objectifs de cet atelier, destiné aux gestionnaires de l'eau et des ressources naturelles du MC-SASS et au personnel technique chargé de la gestion des ressources en eau souterraines des trois pays (Algérie, Libye et Tunisie), étaient de :

  • Présenter les fonctionnalités et les services de la plateforme MISBAR ; 
  • Expliquer l’importance de ces outils dans l’estimation des prélèvements d’eau souterraine pour l’usage agricole, et
  • Former les parties prenantes nationales à l'utilisation des services fournis par la plateforme MISBAR, en démontrant des cas d'utilisation pratiques liés au contexte du SASS.

Les sessions de formation ont été animées par Mustapha MIMOUNI, Coordinateur Technique du projet GMES&Africa et se sont déroulées de manière interactive. Elles ont permis aux participants.es de se familiariser avec la plateforme MISBAR. Par ailleurs, les travaux de groupe et les études de cas, ont permis de montrer comment les données d'observation de la Terre peuvent être utilisées pour la cartographie de l'irrigation et l'estimation des prélèvements d'eau.  

Lors de cette rencontre, les besoins des utilisateurs finaux en termes de renforcement des capacités et de produits et services fournis par la plateforme ont été collectés dans le but de développer un plan de gestion et un plan de formation pratique pour une utilisation optimale de la technologie spatiale et une gestion durable et concertée des ressources en eau du SASS.

Le Système Aquifère du Sahara Septentrional (SASS), est un bassin de plus d’un million de km² partagé par l’Algérie, la Libye et la Tunisie). Ses réserves en eau, à caractère quasi fossile, sont de l’ordre de 60 000 milliards de m3 dont uniquement 1 milliard de m3 de ressources renouvelables. La promotion d’une gestion durable des ressources en eau souterraines de ce bassin, pose aux trois pays concernés un défi à relever pour assurer un développement durable dans une des régions les plus fragiles du continent africain.
 
Même si cette région a su maintenir une activité pérenne grâce à une capacité d’adaptation à un milieu aride et à une exploitation judicieuse et harmonieuse des ressources en eau souterraines, il est important de souligner que cet équilibre est, plus que jamais, menacé par l’exploitation excessive des ressources disponibles, et que l’inadéquation entre les ressources très peu renouvelables et la demande en eau sans cesse croissante, en particulier, pour l’agriculture irriguée, est exacerbée par des prélèvements non contrôlés. 

Le recours à la télédétection offre aujourd’hui, une solution pour un meilleur suivi des périmètres irrigués et des captages, et pour fournir aux décideurs et gestionnaires de l’eau, une information utile et quasi-instantanée sur les volumes d’eau prélevée à usage agricole. 

A rappeler que GMES&Africa est un programme axé sur les utilisateurs finaux, qui vise à soutenir la prise de décision dans la gestion durable des ressources naturelles grâce à des produits et services basés sur des données et des techniques d’Observation de la Terre. 

Et que la plateforme MISBAR (Monitoring Integrated Services for Best Assessment of Natural Resources), développée par l’OSS dans le cadre de GMES&Africa - Consortium OSS-Afrique du Nord, est un outil de suivi des aires irriguées basé sur des données spatiales. A travers les services qu’elle offre, MISBAR met à la disposition des utilisateurs, des outils d’aide à la décision pour une meilleure connaissance et gestion des eaux souterraines et contribue à la bonne gouvernance et au suivi spatio-temporel de l’exploitation de ces ressources. 

vous pouvez lire

 OSS - ICARDA | Nouvelles perspectives de collaboration dans le domaine du pastoralisme et du changement climatique

OSS - ICARDA | Nouvelles perspectives de collaboration dans le domaine du pastoralisme et du changement climatique

L’Observatoire du Sahara et du Sahel (OSS) et le Centre international de…

>Lire plus
 Side-event sur « les Eaux souterraines : ressource clé pour l'adaptation » 15 novembre 2022 

Side-event sur « les Eaux souterraines : ressource clé pour l'adaptation » 15 novembre 2022 

Cet événement, organisé dans le cadre des travaux de la COP27, a été marqué par…

>Lire plus
 CoP27 - "Water Security for Climate Resilience in the Sahel and the Horn of Africa", 14 novembre 2022

CoP27 - "Water Security for Climate Resilience in the Sahel and the Horn of Africa", 14 novembre 2022

L’Observatoire du Sahara et du Sahel (OSS), participe au side-event de la Banque…

>Lire plus