Go to Down

Phase III du projet SASS

Phase III du projet SASS

 

Recommandations opérationnelles pour une gestion durable de la ressource en eau du Système Aquifère du Sahara Septentrional 

La troisième phase du projet SASS a pour finalité de produire des recommandations opérationnelles d’utilisation, de gestion et de comptage de l’eau prélevée pour des usages agricoles, notamment dans des zones où la nappe, les sols ou l’écosystème sont en situation de grande vulnérabilité. 

 

Composante 1 : socio-économie

Cette composante porte sur la réalisation d’une étude socio-économique. Des  enquêtes ont été réalisées en deux temps auprès de 3000 exploitants (première campagne) et de 1500 exploitants (deuxième campagne).

Le dépouillement des questionnaires relatifs à la première campagne a été effectué au cours du premier trimestre 2013. Trois rapports d’analyse nationaux ont été élaborés. La deuxième campagne est programmée de décembre 2012 à avril 2013.

Composante 2 : pilotes de démonstration

Six (6) pilotes de démonstration fonctionnels ont été choisis pour traiter de problématiques de gestion non durable des eaux d’irrigation. Ces pilotes ont été identifiés et sélectionnés par les institutions en charge de la gestion de l’eau dans les trois pays du SASS.

Les résultats des expériences réalisées dans les six pilotes ont été validés au cours d’un atelier régional tenu à Médenine du 5 au 7 juin 2012.

Pilote 1 : sauvegarde des foggaras et de leurs systèmes de production agricoles à Reggane (Adrar, Algérie). La thématique de démonstration agricole de ce pilote porte sur deux objectifs : 

  • rétablir le débit initial de la foggara par pompage solaire ;
  • restaurer le système oasien par le recours à des techniques agricoles éprouvées en mesure de valoriser l’eau utilisée et de rentabiliser les investissements.

La première campagne agricole a été menée en avril 2012 et une deuxième en septembre 2012, avec une irrigation à partir des foggaras renforcées par des puits avec pompage classique. Des démarches sont en cours pour l’acquisition d’une station solaire de pompage capable de renforcer le débit.

Pilote 2 : amélioration de l’efficience de l’eau d’irrigation et maîtrise de la dégradation de la qualité des sols, dans un contexte de « non pénurie » d’eau à Oued Righ en Algérie. La thématique de démonstration agricole de ce pilote porte sur deux objectifs : 

  • remédier à l’hydromorphie et à la salinisation des terres ;
  • améliorer l’efficience de l’eau d’irrigation par l’intensification du système de cultures oasien.

La première campagne agricole s’est achevée en avril 2012. La deuxième campagne a été lancée en septembre 2012.

Pilote 3 : restauration et sauvegarde des systèmes de production agricoles irrigués à Bir Etterfess dans la plaine de la Djeffara libyenne. La thématique de démonstration agricole de ce pilote porte sur la valorisation des faibles ressources en eau  saumâtre en irrigation par le recours à des techniques d’irrigation éprouvées et des systèmes de culture intensifs appropriés, tout en modulant les superficies irriguées en fonction des volumes d’eau disponibles. Les activités de ce pilote ont démarré en avril 2012. Suite à la première saison agricole (mars - juillet 2012), la deuxième campagne a démarré en septembre 2012 et se poursuivra jusqu’en mai 2013.

Pilote 4 : valorisation agricole des eaux géothermales en irrigation de cultures hors saison à Merdoum et Zemzem dans la zone des Oueds du Centre de la Libye. La problématique du pilote 4 réside dans la grande disponibilité de grandes ressources en eau géothermales non valorisées en irrigation pour des systèmes intensifs, à l’instar de ce qui est pratiqué en Tunisie avec les mêmes eaux du SASS.  Dans ce contexte d’abondance d’une ressource à haute valeur ajoutée naturelle, le projet se proposait de mettre en valeur cette ressource par le transfert en Libye de la technologie horticole intensive développée en Tunisie à travers l’implantation d’un pilote de serri-culture chauffée et irriguée aux eaux géothermales et la formation de certains exploitants et techniciens libyens dans ce domaine. Ce pilote initialement au démarrage du projet a été remplacé par le Pilote 4 bis, qui représente une thématique similaire.

Pilote 4 bis : valorisation de l’eau dessalée en irrigation hyper-intensive dans le gouvernorat de Gabès en Tunisie. Ce pilote a été sélectionné en remplacement du Pilote 4,  abandonné suite aux évènements survenus en Libye en 2011. Il présente une problématique similaire à celle initialement sélectionnée : utilisation des eaux géothermales dessalées (par osmose inverse) en irrigation de cultures sous serres en hors saison. La deuxième saison agricole a démarré comme prévu en septembre 2012 (avec les premières récoltes en décembre 2012) et se poursuivra jusqu’en mai 2013.

Pilote 5 : bonification des terres irriguées affectées par la salinisation et l’hydromorphie et restauration des systèmes de culture dans les oasis de Jedida et Mansoura à Kebili, Tunisie.  La thématique de démonstration agricole de ce pilote porte sur deux objectifs : 

  • la réalisation d’un drainage efficient à l’intérieur des parcelles de culture par la pose d’un réseau de drainage enterré, complémentaire au réseau public réalisé dans le cadre d’un programme de drainage public de  l’oasis Jedida.
  • l’amélioration de l’efficience de l’eau d’irrigation à travers l’intensification des pratiques de fertilisation, de lutte phytosanitaire et du raisonnement des irrigations, sans changement du mode d’irrigation qui est la submersion par cuvette.

Compte tenu de la position topographique basse (bordure de Chott El Jerid) défavorable à l’évacuation des eaux de drainage dans les canaux collecteurs, il a été jugé nécessaire de pomper les eaux de drainage du pilote par une station de pompage solaire. Il est attendu que ce drainage va s’accompagner par le dessalement des horizons superficiels du sol. Le pilote présente un contexte foncier très complexe, comme c’est souvent le cas dans les oasis tunisiennes. Sur une superficie légèrement supérieure à un hectare, le pilote comporte une douzaine de parcelles appartenant à plusieurs exploitants. 
Nota Bene : ce pilote n’est pas actuellement opérationnel car le forage destiné à son irrigation a collapsé. La saison agricole ne démarrera qu’après avoir rétabli l’approvisionnement en eau à partir d’un forage que le Ministère de l’Agriculture de Tunisie projette de réaliser courant 2013.

Pilote 6 : rationalisation de l’utilisation des eaux saumâtres en irrigation dans la région de Sidi Makhlouf, Médenine, Djeffara tunisienne. La thématique de démonstration agricole de ce pilote porte sur deux objectifs :  

  • le recours à un dessalement partiel des eaux de cette nappe (de 4 à 0,2g/l), avec la possibilité de mélanger l’eau douce obtenue à l’eau saumâtre pour obtenir différentes qualités d’eau (1 et 2g/l) pour l’irrigation des cultures tolérantes à la salinité. Le volume d’eau dessalée nécessaire étant de 20 m3 par jour pour l’ensemble de l’exploitation dont la superficie est de 1,2 hectare ;
  • la valorisation de cette eau de qualité améliorée par un système de production associant l’irrigation d’appoint de l’olivier à une serriculture intensive et des cultures irriguées d’hiver de plein champ. La qualité de l’eau est modulée  en fonction des cultures, sur la base d’une rotation culturale appropriée négociée avec l’exploitant.

Les premiers résultats techniques au niveau de la conduite des cultures et la gestion des irrigations sont positifs et conformes aux objectifs visés. Il reste à suivre et évaluer les impacts financiers, économiques et financiers de l’ensemble des activités agricoles.

Composante 3 : système d’Information

Cette composante consacrée à la mise en place d’un Système d’Information (Base de données et Système d’Information Géographique-SIG) a été entamée en avril 2012. Les activités ont porté sur :

  • la mise à jour de la base de données des points d’eau à partir du travail réalisé par les trois pays avec l’appui de l’OSS ;
  • l’amélioration du système par :
    • l’intégration des informations socio-économiques ;
    • un mécanisme d’actualisation régulière;
    • l’intégration de nouvelles fonctionnalités à l’outil « SAGESSE » (base de données du SASS, opérationnelle depuis 2000), pour une meilleure prise en charge des scénarios de gestion des ressources.
  • la mise en place d’une procédure d’échange améliorée.

Composante 4 : AGRICAB - évaluation des prélèvements par télédétection

Trois zones test pour l’évaluation des prélèvements ont été délimitées. Ils s‘agit des pilotes de démonstration 2, 3 et 6. Les images satellites correspondantes ont été acquises à titre gracieux par le biais de Africa-Géodev .

En appui à cette composante, L’OSS coordonne les activités en Afrique du Nord du projet AGRICAB, financé par le 7e Programme cadre de recherche et de développement de l'Union européenne (Novembre 2011 - Avril 2015). Il s’agit d’ actions de renforcement de capacités dans l’utilisation des données d’observation de la terre à basse et moyenne résolution au bénéfice des services techniques des pays riverains du SASS.

 

Ajouter un commentaire

Plain text

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage (spam).
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Go to top