Gestion intégrée et concertée des ressources en eau des systèmes aquifères d’Iullemeden, Taoudéni/Tanezrouft et du fleuve Niger | GICRESAIT

Date d’approbation
2011

Durée du projet
5 ans

Partenaires financiers et techniques
Facilité Africaine de l’Eau (FAE/BAD)
Le Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM)

Pays concernés
Algérie, Bénin, Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Nigeria

Bénéficiaires principaux du projet
Les structures gouvernementales en charge des ressources en eau des sept (7) pays concernés ainsi que les Autorités régionales de gestion de bassin (notamment ABN et OMVS dans une moindre mesure.

Objectifs
Evaluer le potentiel et d’assurer le suivi de l’ensemble des ressources en eau souterraines du SAI et du SAT et de leur vulnérabilité liée à la variabilité et aux changements climatiques. Le projet renforcera les capacités des pays du bassin sur la gestion transfrontalière des aquifères.


Statut du projet
En cours

Résultats attendus

  • Les ressources en eau du Système Aquifère Iullemeden - Taoudéni/Tanezrouft sont évaluées de façon harmonisée, avec des données standardisées produites au niveau national
  • Les ressources en eau de l’ensemble du système sont gérées au travers d’un cadre de concertation regroupant les pays et organisations sous-régionales concernés
  • Les capacités des pays sur la gestion des aquifères transfrontaliers sont renforcées


Réalisations

  • Amélioration de la connaissance : Taoudéni/Tanezrouft et Iullemeden constituent un seul ensemble hydraulique
  • Potentiel en ressources en eau renouvelables estimé à 19 milliards de m3/an
  • Relations Fleuve Niger – Aquifères : en Amont (Bassin de Taoudéni) : le fleuve Niger alimente les aquifères avec plus d’ 1.5 milliard de m3/an. En Aval (Bassin d’Iullemeden) : les aquifères alimentent le Fleuve Niger avec plus 3,3 milliards m3/an
  • Vulnérabilité des eaux souterraines au changement climatique : Plus de 80% du Système aquifère reste très peu à peu vulnérable à la baisse des niveaux piézométriques
  • Vulnérabilité des eaux souterraines aux activités anthropiques : Les eaux souterraines sont en général de très bonne qualité. Les zones à fort risque de pollution sont situées au sud du bassin, là où la densité de population est la plus forte et la nappe la plus proche
  • Plus de 70 ingénieurs formés en outils de gestion (Base de données, Système d’Information Géographique, Télédétection appliquée aux aquifères, modélisation hydrogéologique, modèles de gestion
  • Institutions nationales équipées en ordinateurs et logiciels SIG (Q-GIS), Modèle de gestion WEAP
  • Site Internet et Géoportail :
  • Site du projet PORTAIL PROJET
  • Géoportail sous le lien : GEOPORTAIL
  • Mise en place d’un cadre de concertation, un premier pas vers une gestion commune entre États riverains
  • Produits promotionnels et institutionnels : Film documentaire ; Atlas des ressources en eau, 4 documents de sensibilisation ; 3 documents techniques ; 4 Cartes de sensibilisation.