Go to Down

Ajouter un commentaire

Journée mondiale de Lutte contre la Désertification : 17 juin 2013

Le 17 juin de chaque année, la Journée mondiale de Lutte contre la Désertification permet de focaliser l’attention des décideurs et de l’opinion publique sur les questions cruciales de la dégradation des sols et de la sécheresse. Le slogan choisi pour l’édition 2013 de cet événement est un appel solennel à l’action : « N’asséchons pas notre futur ».

Les enjeux

L’agriculture représente aujourd’hui 70% de la demande globale en eau (UNCCD, 2013). Les pratiques agricoles inadaptées nuisent fortement aux stocks d’eau douce et constituent une des principales causes de la dégradation des terres. Parmi les conséquences de la dégradation des terres, l’affaissement des nappes phréatiques, la pénurie d’eau et l’intrusion de l’eau de mer dans les zones côtières. La conjugaison de ces phénomènes accentue l’effet de la sécheresse sur les populations et les écosystèmes.  Deux tiers de la population mondiale seront touchés par le stress hydrique d’ici 2025 (UNCCD, 2013).

Dans les terres sèches (drylands), les écosystèmes et les populations sont particulièrement vulnérables à la pénurie d’eau. En moyenne, l’accès à l’eau dans ces régions ne dépasse guère les 1300 m3 par personne par an, ce qui est très en deçà de la barre des 2000 m3 (par personne par an), qui correspond aux besoins minimaux de bien-être humain et de développement humains. Il s’agit, précisément, de l’une des principales causes de pauvreté dans ces régions.

Des sécheresses de plus en plus fréquentes et intenses ont mis à mal les écosystèmes vulnérables des terres sèches, notamment en Afrique. Les sécheresses qui ont sévi en Afrique de l’Est en 2011 et au Sahel en 2012 ont plongé des millions de personnes dans une crise humanitaire grave. Famine et malnutrition ont frappé les populations de plein fouet.  

La sécheresse est un phénomène prévisible, tout comme la désertification qui est, elle, évitable et réversible moyennant des actions de restauration et de bonification des terres. La mise en place de politiques nationales de lutte contre la sécheresse devrait permettre d’accroître la résilience des populations touchées et de réduire les risques de pertes humaines et matérielles.

La gestion durable des terres et la mise en place de systèmes d’alerte précoce, en particulier, peuvent réduire les impacts de la sécheresse de manière significative. Lors du sommet de la terre « Rio+20 » tenu en juin 2012 au Brésil, les dirigeants de la plupart des pays du monde ont appelé à une planète neutre en termes de dégradation des terres  -- « land‐degradation neutral world ».

20 ans au service de la lutte contre la désertification

Depuis sa création en 1992, l’OSS a fait de la lutte contre la désertification (LCD) une priorité stratégique qui a, depuis, sous-tendu ses programmes scientifiques et techniques développés en étroite collaboration avec les institutions régionales et les pays africains membres. Ces programmes ont essentiellement porté sur le renforcement des connaissances et la concertation sur les ressources en eau non renouvelables, l’observation et la surveillance, le suivi-évaluation des programmes d’action et l’atténuation des effets de la sécheresse par la mise en place de systèmes d’alerte précoce.

Outre ses réalisations dans le domaine des ressources en eau souterraine partagées, les travaux de l’OSS en matière d’observation et de surveillance environnementale ont permis de doter la région sahélo-saharienne de son premier Réseau d’observation écologique à long-terme (ROSELT/OSS) qui comporte 25 observatoires répartis entre les trois sous-régions de l’Afrique du Nord, de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique de l’Est. La mise en place de ce réseau avec plusieurs partenaires du Nord et du Sud a favorisé l’émergence d’un espace collaboratif d’observation et de recherche sur les facteurs, les tendances et les impacts de la dégradation des terres en milieu aride.

Au cours des deux dernières décennies, un patrimoine partagé d’approches et de méthodologies a permis une réelle transformation dans la manière dont le fléau de la désertification est abordé par les pays. L’amélioration des connaissances par l’observation et l’élaboration de kits d’indicateurs de suivi a introduit plus d’efficacité dans les programmes d’action.

N’asséchons pas notre futur !

Cette année, l’objectif de la Journée mondiale de lutte contre la désertification est la sensibilisation aux risques de la sécheresse et à l’importance de la conservation des eaux et des sols. La page consacrée à la Journée offre des ressources (logos, concept note, etc.) et des documents téléchargeables pouvant meubler des événements de sensibilisation et de communication sur les thèmes de la dégradation des terres et de la sécheresse.  

 

Plain text

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage (spam).
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Go to top