Go to Down

Deuxième conférence scientifique de l’UNCCD

Le thème choisi pour la deuxième Conférence scientifique de la Convention des Nations Unies de Lutte contre la Désertification (UNCCD), qui s'est tenue du 9 au 12 avril 2013 à Bonn (Allemagne), était "l’évaluation économique de la désertification, de la gestion durable des terres et de la résilience des zones arides, semi-arides et subhumides sèches". Les travaux ont abordé la question des impacts sociaux et économiques de la désertification, de la dégradation des terres et de la sécheresse ( Desertification, Land Degradation and Drought- DLDD).

La Conférence a réuni un large éventail de parties prenantes, notamment la communauté de recherche, les décideurs politiques, les acteurs de la société civile et les opérateurs du secteur privé, afin d’aborder la DLDD sous un angle économique (évaluation des coûts et analyses coûts-bénéfices).

L’OSS a co-présidé, mercredi 10 avril 2013, la session «Identification et évaluation des services écosystémiques » avec l'IAM. La session a porté sur l’importance des zones humides dans les régions arides et l'importance de les valoriser dans le cadre de synergies dans la mise en œuvre de l’UNCCD et de la Convention RAMSAR. Les participants ont discutés des approches et des outils d'évaluation des services écosystémiques et de l'intérêt de disposer de systèmes de productions de données utiles pour l'ensemble des conventions. Il a été retenu que l’utilisation de la télédétection, un outil considéré comme approprié, gagnerait à être renforcée.

L'OSS a également participé aux sessions organisées par DesertNet International, la Banque Mondiale (Réunion du conseil du programme TerrAfrica) et la FAO (LADA).

La prochaine phase du projet LADA, dont le montage se poursuivra jusqu'en mai 2014, concernera deux pays membres de l'OSS, àsavoir le Maroc et la Tunisie.

Lors de l'atelier From agroecological practicies to policy : bridging the gap in dryland managment, l'accent a été mis sur l'importance de l'implication de la population et des communautés locales à tous les niveaux d’analyse et d’action, y compris les programmes de recherche et d’évaluation.

Le thème de la plénière du 12 avril est « Strategies and policies for local, national, regional and international level ». 

L’après-midi de la journée du 12 avril sera consacrée aux travaux du Comité de la Science et de la Technologie (CST). L'un des principaux thèmes sera : l'état d'avancement du processus de finalisation des indicateurs d'impacts relatifs aux objectifs 1, 2 et 3 de la Stratégie décennale de l'UNCCD.

A l’ordre du jour également, une synthèse des principaux résultats de la Conférence scientifique et un état des lieux sur la préparation de la prochaine édition. A noter que l’OSS est membre du consortium  coordonné par Agropolis et chargé de l’organisation de la Conférence scientifique de l'UNCCD en 2014.

La prochaine Conférence scientifique de l'UNCCD aura pour thème: "la Lutte contre la désertification, la dégradation des terres et la sécheresse pour la réduction de la pauvreté et le développement durable : la contribution de la science, de la technologie et des pratiques et du savoir faire traditionnels"

Vous pouvez revoir la participation de l'OSS sur Twitter et sur Facebook. Le hashtag officiel de la Conférence est #2SciConf

La Conférence

La Conférence a pris fin, le 12 avril 2013, sur un appel solennel à l’action pour une lutte plus efficace contre la désertification. Le coût de la dégradation, estimé à 490 milliards de dollars par an,  est nettement supérieur au coût des actions préventives et palliatives, dont la gestion durable des terres (GDT), conclut  le communiqué final de la Conférence. Et d’ajouter que la GDT contribue à la réduction de la pauvreté en préservant des services écosystémiques utiles à l’ensemble des communautés des régions arides, semi-arides et subhumides sèches.

Les conférenciers ont également retenu que la désertification, la dégradation des terres et les effets de la sécheresse (DLDD) posent un problème de dysfonctionnement économique. Le déficit de valorisation des terres sèches conduirait à un bradage de ces ressources cruciales.

Un investissement conséquent dans la GDT est un investissement profitable, comme le confirme la première évaluation économique  globale ayant pour objet la DLDD.

La connaissance scientifique et la technologie constituent  le fer de lance de la GDT, qui devrait impliquer les décideurs, les chercheurs, les communautés et le secteur privé. De plus en plus d’exploitants agricoles prennent des initiatives de GDT lorsqu’ils constatent une baisse de rendement de leurs terres.  

La Conférence a permis de renforcer la base scientifique de l’UNCCD, en apportant des éclairages sur les aspects économiques de la DLDD. Ces éclairages seront présentés aux parties à l’UNCCD, lors de la COP 11, en vue d’informer les politiques de lutte contre la désertification à tous les niveaux.

Toutes les présentations effectuées durant la Conférence peuvent être consultées dans ce répertoire.

 

Commentaires

En décembre prochain à Paris le monde se réunira à nouveau pour trouver une solution viable pour sauver notre planète ...nous espérons qu'un accord sans condition sera trouvé.

Merci de votre commentaire. Pourriez-vous expliquer ce que vous entendz par "accord sans conditions" ? 

Pour information, voici le texte qui sera négocié lors de la COP 21 de la CCNUCC à Paris: http://unfccc.int/documentation/documents/advanced_search/items/6911.php...

Merci encore de votre intérêt

Ajouter un commentaire

Plain text

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage (spam).
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Go to top